Environnement et santé

14 05 2013

 

Environnement et santé dans agriculture ferme-150x93

Il y a deux semaines j’assistais  à Forest à un Symposium populaire de l’agriculture paysanne.
Deux experts étaient invités, le cancérologue Dominique Belpomme, titulaire 2013 aux facultés de Gembloux de la chaire Francqui, et le professeur émérite de médecine  Marcel Roberfroid.

Le professeur Belpomme étudie les corrélations entre maladies contemporaines et environnement: en particulier, outre les cancers, l’obésité, le diabète de type 2, les allergies, mais aussi la maladie d’Alzheimer ou, à mon étonnement, l’autisme. Pour ce qui est des cancers, j’ai retenu l’information  d’une augmentation annuelle de 1% (donc exponentielle lente) des cancers infantiles, que j’ai pu recouper avec d’autres sources. Selon le professeur Belpomme l’influence causale d’un environnement dégradé sur la multiplication de ces maladies ne fait aucun  doute.

Comme de plus en plus d’experts-Cassandre de notre monde actuel, Belpomme semble s’être résolu au caractère inévitable d’une future catastrophe sociétale: pour lui, elle pourra venir de l’échec de la Sécurité sociale à soigner des maladies de plus en plus prégnantes. Que ferez-vous lorsqu’on vous dira: il n’y a plus les moyens pour vous soigner, vous ou votre enfant?

Par rapport à ces enjeux, la  visée de l’Afsca (Agence fédérale de la sécurité de la chaîne alimentaire), d’un hygiénisme total équivalent à une absence de « germes pathogènes » semble dérisoire. Belpomme plaide pour une approche systémique plutôt que cette approche analytique (au sens de l’analyse de l’aliment isolé, au lieu d’une étude de l’ensemble du cycle de production et de consommation alimentaires ). En particulier une relation de proximité avec un producteur paysan paraît plus sure que l’offre des grands groupes agroindustriels.

C’est dans le même esprit que Marcel Roberfroid, professeur émérite de l’UCL, a conduit son exposé sur l’importance des fonctions intestinales et de la flore intestinale, dans le triple rôle de protection immunitaire, production hormonale et même fonctions neuronales localisées près de cet organe. La flore intestinale ne peut être équilibrée que si elle est nourrie par une nourriture bactériologiquement diversifiée. L’hygiénisme outré de l’Afsca paraît alors contreproductif pour ce qui est du bon état des défenses immunitaires (et favorisant la croissance des allergies).

S’agissant de solutions, Belpomme soutenait l’importance de réintroduire les valeurs, une éthique dans la production et la consommation alimentaire, ce qui me parle particulièrement. Aussi pour cette question qui me paraît centrale aujourd’hui de notre rapport à l’animal.

Xavier Vanandruel


Actions

Informations



Une réponse à “Environnement et santé”

  1. 14 05 2013
    sankarahugues (10:52:17) :

    Merci pour ce compte rendu suggestif… Je trouve que ce focus sur l’intestin est très révélateur… Et la question de l’hygiénisme. On doit en parler plus en cette période de réglementations à tout crin. Tiens pour l’animal, j’ai retrouvé chez DH Lawrence tout un recueil poétique consacré à certains animaux. Je crois que cela t’intéressera.

Laisser un commentaire




SEA POSITIVO |
CFDT CARREFOUR BASSENS |
Point de vue d'un simple ci... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mémoires
| Ecole de Saint-Rabier
| injustice