Jacques Vilet

9022014

BREU 434'07 étang bruyère £                         IMG_1540

Jacques Vilet est cette personne tranquille qui a arrimé à un trépied une chambre obscure, n’était un petit oeil-de-boeuf pour laisser entrer la lumière; un assemblage qu’il porte sur l’épaule. On le voit ainsi sur la couverture du dernier numéro de la revue MaYAK, traversant lentement une prairie de La Potterée, sans souci qu’il intrigue les vaches, qui, du coup, se sont arrêtées de brouter. C’est le même Jacques Vilet qui expose pour le moment à la galerie Albert Dumont, en résonance avec Jacques Calonne, membre de Cobra.
Lenteur: c’est le mot que j’associerais à Jacques Vilet, et je dirais que ses photos sont celles d’un lent étonnement devant la nature. Un étonnement dont Aristote écrit qu’il est à l’origine de la philosophie (il est difficile aujourd’hui d’imaginer un étonnement sans excitation, mais Jacques Vilet, lui, le possède très bien). Des clichés sans vain éclat, donc, mais d’une grande profondeur si on prend le temps de les contempler.

Xavier Vanandruel

Exposition « Par feuillages divers » jusqu’au 16 février à la galerie Albert Dumont, 43 rue Léon Lepage à 1000 Bruxelles




La grâce éternelle de l’intraordinaire : « Comme tous les après-midi » de ZOYÂ PIRZÂD

25052013

La grâce éternelle de l'intraordinaire :

« Depuis trois millénaires, le tapis est l’expression la plus raffinée de l’art persan. » écrit Serge Michel dans son éclairant, Marche sur mes yeux : Portrait de l’Iran aujourd’hui.

En savourant les si gracieuses nouvelles du recueil de Zoyâ Pirzâd, Comme tous les après-midi, je me disais que tous les motifs de ces courtes histoires, d’une simplicité et sobriété autant exemplaires que belles s’entremêlaient pour former un tissu précieux, « symbiose de l’art mystique et de l’art de vivre », comme ajoute Serge Michel. Une mystique ? Celle alors du temps qui est comme un enfant qui joue au tric-trac,  le temps de l’ « intraordinaire », du temps éternel qui naît de cette lenteur des journées simples, à la maison, près du jardin, dans les rues, avec un enfant…

Dans un entretien, Zoyâ avance sous forme de boutade que les femmes sont plus intéressantes que les hommes… Les nouvelles de Comme tous les après-midi partent en tout cas de la conscience d’une femme qui s’abandonne au temps de la journée, quand elle se retrouve seule après le départ du mari, des enfants. Pas de féminisme ici ou une forme révolutionnaire, un renversement à 180 degrés : la femme libérée du travail rémunéré est dans une densité de présence que l’homme au travail n’atteint jamais (et une seule nouvelle met en contraste et en scène un homme passé heureusement à la retraite et qui découvre une autre vie).

Alors de quoi est fait ce tissage intraordinaire des jours ? Maison et rue, solitude des gestes simples, fenêtre, observation, rêves, acceptation malicieuse, mari, enfants, cuisine, lenteur, famille proche et éloignée, économie (lois de la maison), entraide, gestes entraperçus, souvenirs, générations, joies simples, répétition nécessaire de gestes, tâches de la journée, vie suspendue à un fil modeste et nécessaire, croisement de motifs, d’expériences, hasards, délicatesse du simple, du ténu, du léger, du grave, de l’éternel, du lent ; grâce, poésie, bienveillance, douceur, émotion, jardin, arbre, vent, enfant, couleurs ; plaisirs ténus tissés en motifs à l’intérieur d’une courte histoire ou d’une histoire à l’autre. J’énumère simplement car la phrase et la langue de Zoyâ Pirzâd atteignent un tel degré de sobriété et grâce poétique que les événements minimes des jours ressortent avec vivacité et s’assemblent spontanément…

Hugues Robaye

Zoyâ Pirzâd, Comme tous les après-midi, LdP, 5 euros.

Serge Michel et Paolo Woods (photos), Marche sur mes yeux : Portrait de l’Iran aujourd’hui, Grasset, 22 euros.

Mois iranien à Tournai mai/juin 2014.




Le cabanon Paul André à la Bibliothèque de l’Université du Travail (oula), Charleroi

4042011

affichecabanonpaulandravril2011.jpg

Le cabanon Paul André sera monté à Charleroi à la Bibliothèque de l’Université du Travail, le lundi 2 mai 2011 et visible dès le 3, jusqu’au 28. 

Et le 27, fête mayaque : dévergonssage, euh, dévernissage, en présence, nous l’espérons bien, des participants aux quatre ateliers d’écriture, organisés par  Marie Beia à partir du travail étonnant de ce poète-penseur d’une ruralité progressiste. Ou d’une Europe des Régions ? 

Le cabanon évolue. Montré à la Librairie Quartiers Latins en janvier et février de cette année, il évoque d’abord le travail de fond de Paul André autour de l’écriture de la mémoire personnelle, familiale et collective. Un travail, en fait, qui touche chacun d’entre nous : comment reprendre, comprendre, approfondir son milieu, ses milieux de vie, par l’écriture… Il propose dorénavant trois rythmes d’entrée pour comprendre le travail de cet écrivain de salubrité publique, disons-le… 

Et le dévernissage : une occasion de nous retrouver et de parler… de l’avenir mayaque…

 qlexpomars2011043retblog.jpg

Rappelons-le : le cabanon a pu se faire grâce au soutien des Bibliothèques publiques, de la Promotion des Lettres, services du Ministère de la Culture de la CFWB ; et de la Maison de la Culture de Tournai.

Et c’est une réalisation de Mathieu André (ébénisterie), Caroline Léger (textiles), Véronique Debliquis (graphisme) et Hugues Robaye (conception).

Le cabanon Paul André à la Bibliothèque de l'Université du Travail (oula), Charleroi dans actualite mayaque pdf je suis le beau carton d’invitation : ouvrez-moi pour y voir plus clair.pdf




Yevgeny Khaldei

18072010

runionmayaque540cmret.jpg




Les périls de la vie, Sylvie Doizelet, Jean-Claude Pirotte

20062010

p620000125.jpg

Une visite guidée dans Londres, de péril en péril… Visite insolite…   

Sylvie Doizelet a photographié ces panneaux que nous connaissons bien, qui mettent en garde ou interdisent. Et Jean-Claude Pirotte les a laissé agir en lui.  Danger, hazard area ////// Danger, keep away !!!!!Des points d’exclamation, des flèches en éclair… Un bonhomme réduit à une forme noire, un corps universel… 

Des formules lapidaires et leur contexte qui ont fait naître de petits textes de prose poétique sur les périls de la vie humaine, un abrégé redoutable…

Zone hasardeuse, restez à distance… 

La poésie tranchante de Jean-Claude Pirotte, chanson triste mais douce… 

Sylvie Doizelet, Jean-Claude Pirotte, Les périls de Londres, Cognac, Le temps qu’il fait, 2010

p620000225.jpg




L’ouverture au monde

4032010

Nadia d’Or est une jeune femme d’origine haïtienne qui a voyagé en Inde et au Sri Lanka. Hugues Robaye me prête à lire des messages de route envoyés à ses amis, qu’elle lui a communiqués. Je suis touché par l’attitude d’ouverture de cette jeune femme, par la confiance au monde ( l’expression est de Bachelard, dans La poétique de l’espace), dont elle témoigne.

Elle écrit:
« Je me dis que le monde a un équilibre
Je me dis que le beau et le laid n’ont pas de limites et se fondent l’un dans l’autre

Je désire ardemment voir les deux côtés. »
Un monde rempli d’énergie  qui, dit-elle, « 
repousse chaque un jour un peu mes propres limites et m’aide à m’ouvrir d’avantage. »
Au point qu’elle entre en contact avec la femelle éléphant sur laquelle elle est juchée et que « des pensées, dit-elle, venaient sans m’appartenir vraiment ».

wsbs.jpg 

Cette ouverture, je la retrouve encore dans  l’exposition vraiment extraordinaire que j’ai vue cette semaine au musée de la photographie de Charleroi, intitulée White Sea Black Sea. Des clichés en format panoramique pris par un photographe suédois, Jens Olof Lasthein, dans les régions aux confins de l’Ouest de la Russie,  la Moldavie, la Transnistrie …
Mélange de tristesse et de brutalité, de grossièreté et de tendresse, selon les mots de la poétesse Marie Lundquist.
J’attends de pouvoir me procurer le livre (à Charleroi ils sont en rupture de stock) de ce photographe, où sont reproduits des portraits incroyables dans des paysages transformés par une utilisation photographique de la lumière déclinante de fin d’après-midi, apte, écrit  Marie Lundquist, à « 
créer la bouleversante sensation que l’espace dépasse les limites étroites de la page. »

Il est revigorant de croiser des personnes qui vont à la rencontre du monde, parce que cette rencontre leur paraît désirable, parce que le monde lui-même semble une invitation. Pas obligatoire d’ailleurs d’aller loin pour cela, comme en témoigne (voir les billets d’Hugues) un foyer de rencontre tel Convivial

Xavier Vanandruel




Le cabanon Paul André en construction…

20102009

Quelques photos du cabanon, alors encore en construction (d’autres photos bientôt!). Avec deux des premiers tableaux (dans un graphisme de Véronique Debliquis). Et la vitrine qui montre certains objets reproduits dans le parcours articulé qui jalonne les parois extérieures du cabanon.

À la Maison de la Culture de Tournai jusqu’au 8 novembre.

pa12000240x301.jpg pa12001240x30.jpg pa12002240x30.jpg

tourneenrond07102.jpg  tourneenrond07103.jpg




Le cabanon Paul André à La Maison de la Culture de Tournai (10/10-08/11)

11102009

Chouette, le cabanon Paul André est en place à la Maison de la Culture de Tournai. Encore un peu en construction mais bientôt achevé. Je crois qu’heureusement, il ne sera jamais achevé ; il ne doit pas être achevé ; je m’en suis rendu compte en commençant à réfléchir à ses possibilités, en le voyant devenir réalité, hier (09-10-2009).  Donc, deux cadres de bois – en C – qui s’emboîtent (œuvres de Mathieu André, le fils de Paul André), des « murs » en tissus simplement fixé par des velcros (Caroline Léger  les a conçus) et donc éminemment amovibles. La structure en plusieurs cadres assemblés par des papillons et donc destinée à voyager assez facilement, de bibliothèques en centres culturels. Une surface au sol de 12 m² avec nécessité d’un passage autour. Sur les parois extérieures des tableaux, pour l’instant imprimés sur toile et sur papier chez « Visual Pub » à Tournai qui a fait un travail très efficace, rapide et de qualité… Des tiges de bambou fixées sur la partie sup du cabanon d’où pendent des cordelettes de chanvre reliées à une baguette de sapin à laquelle sont attachés  les tableaux (avec des pinces à linge du plus bel effet cabanonique). Simple… 

Un parcours dans l’écriture-vie ou l’œuvre-vie de Paul André, articulé en une douzaine d’étapes. Un très beau travail graphique fait par Véronique Debliquis (Saint-Luc Tournai) qui a joué sur la forme ronde (une autobiographie inédite de Paul André s’intitule Le Tourne-en-rond et se compose de courts récits-souvenirs sur des périodes différentes de sa vie, où il développe son amour pour la forme ronde (dans le genre de l’autobiographie colorée du peintre Kandinsky)).  À l’intérieur, des photos du bureau de PA, faites par Caroline Léger, des peintures de PA et des monotypes de Nicole André. Et un téléviseur où passe en boucle un montage réalisé par Nicolas Rumpl à partir de séquences tournées par Notélé, la télévision régionale picarde (merci à Notélé !). Et le visiteur peut déposer dans une urne des œuvres inédites sur la mémoire personnelle, familiale et collective : PA avait voulu ouvrir un kiosque à inédits dans la gare de Tournai. Nous prolongeons ainsi ce projet, en nous focalisant sur le travail de mémoire, à la base de l’œuvre du poète-penseur Paul André, et en demandant au visiteur ce genre de texte porteur de socialité. 

Le cabanon, une construction intime dans des espaces publics, un autre espace, un autre temps, des autres temps, rythmes, proposés à notre époque d’affairisme. Le lieu-âme d’un écrivain engagé, nécessaire, déterminé. Passer, regarder, écouter, voir l’écriture de PA, lire des textes de lui, voir son écriture… Une vitrine avec des objets que l’on peut voir sur les tableaux du parcours complète le cabanon. L’accrochage aisé permet de changer rapidement un tableau qu’on aimerait améliorer. Une exposition en devenir… 

Un cheval de Troie mayaque ! comme disait Xavier Vanandruel

Bientôt des photos… 

Hugues Robaye 




Ivresse garantie : Virginie Stricanne et Yeung-Fun Yuen, le 04-09-09

29082009

Deux vernissages en un le vendredi 4 septembre 2009 à
la Maison de la Culture de Tournai, 18h30 et 20h.

virginieinvit.jpg  invitvirginie.jpg  hpim0274300dpi.jpg 

La peintre Virginie Stricanne : Des Géographies bousculées. Expo de nouvelles peintures, voir l’invitation ci-dessus. Sortie de la plaquette catalogue qui mêle écrits et images : textes de Jean-François Bruneau, Jean-Pierre Denefve, Jacky Legge, Chef mayaque. Reportage photographique de Coralie Cardon.    Et…

*

invityuen272.jpg  invityuen3.jpg  invityuen1721.jpg

Projection commentée des deux courts métrages de Yeung-Fun Yuen à 20h, en présence du réalisateur et encore du Chef mayaque (qui a rencontré plusieurs fois Yeung-Fun et a souvent discuté avec lui de la construction de ses films).




MaYaK (se) construit un cabanon

15072009

cabanemathieu72dpi.jpg

Sur la plage et à côté du Phare, évidemment… Mais aussi ailleurs, partout… Un cabanon ? Un cabanon « littéraire »: la « plate-forme de communication de savoirs vivifiants », l’association GE !, diversifie ses activités et ses médias. Revue-Livre, ligne d’édition, site (en complète reconstruction, nous en parlerons bientôt), blog… Et maintenant, le cabanon littéraire : un dispositif d’exposition littéraire léger, démontable, déplaçable… De quoi s’agit-il ? D’une cabane d’environ 10 m², armature en bois, murs et toit de tissu. Un espace dédié à un écrivain. Un parcours efficace, rapide, convaincant, juste et beau ( ?) dans la vie-œuvre d’un auteur… De la « publicité transfigurée » (selon l’expression de Paul Nougé, le surréaliste belge) pour des auteurs vraiment… vivifiants. Une construction éphémère, montée dans une bibliothèque ou un centre culturel par exemple, qui convie le visiteur à un parcours. À plusieurs parcours…

À l’extérieur, une série de placards lui font découvrir, à partir de documents d’archives, l’œuvre d’un écrivain. Photos, manuscrits, peintures, courts textes explicatifs, objets accrochés à la structure; un parcours en étapes. Le visiteur entre dans un monde, mais reste encore à l’extérieur… 

À l’intérieur, un dispositif audiovisuel – télé et radio – le rapproche encore plus intimement de l’écrivain. Sur les parois intérieures du cabanon, plus intimes, des extraits courts et émouvants de ses œuvres. Le visiteur devrait sortir de cette courte visite un peu différent, songeur (c’est d’ailleurs l’effet que Paul Nougé voulait à l’art…).

Un dépliant en quadrichromie résume le parcours.

Voilà : un nouveau projet en cours que Caroline Léger (textile), Muriel Logist (graphisme), Mathieu André (ébénisterie) et moi-même (conception) vous préparons.

Inauguration et première : Maison de
la Culture de Tournai le 10 octobre 2009

Le premier cabanon : autour du poète, de l’homme, du clerc dans le désert et les campagnes : Paul André.

Hugues Robaye

cabanemathieudt72dpi.jpg

Premiers croquis du cabanon (comme plus haut, divers projets), par Mathieu André (« les copeaux d’abord »)







SEA POSITIVO |
CFDT CARREFOUR BASSENS |
Point de vue d'un simple ci... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mémoires
| Ecole de Saint-Rabier
| injustice