Brève rencontre : Pierre Rabhi

17102012

Brève rencontre : Pierre Rabhi dans agro-écologie pierre-rabhi-blog-21-150x119

Le vendredi 28 septembre, j’écoutais la conférence de Pierre Rabhi, à Bruxelles, au Théâtre Saint-Michel. Le parterre et les deux balcons étaient remplis de monde. J’étais au parterre, au seizième rang. J’avais une enveloppe avec un MaYaK, le document relatif au projet burkimayaque et une lettre (longue) que je lui avais écrite au matin, à la main. Une séance de dédicace était prévue et je voulais en profiter pour lui remettre ce courrier où je lui demandais notamment de participer au prochain MaYaK (« Dons, gratuités, échanges »).

Sa prise de parole fut sans surprise. Il suffit qu’il raconte brièvement son parcours et tout est dit. Au départ un constat : la planète se meurt, maltraitée depuis les années cinquante ; une réaction, une tentative de vivre autrement : l’agroécologie, pratique agricole et humaine, qui respecte la Terre nourricière et ses beautés quotidiennes. Une conduite de vie en accord avec ce respect : la sobriété heureuse (titre d’un de ses derniers livres). Issu d’une culture qui pense aux générations à venir, à l’héritage qu’on leur lègue, Pierre Rabhi a beaucoup voyagé en Afrique pour faire connaître cette agroécologie qui libère les petits agriculteurs de l’emprise des marchands d’engrais et de pesticide et les autonomise. Dans les années quatre-vingts, il diffusait l’agroécologie au Burkina Faso et cherchait avec les agriculteurs des solutions adaptées au Sahel pour lutter contre l’érosion des terres due aux fortes pluies et réduire les effets de la sécheresse en saison sèche. Vendredi, il évoquait Thomas Sankara qui l’avait encouragé ; l’un des seuls chefs d’état à avoir voulu diffuser cette agroécologie liée de près à une pensée de la décroissance… Il louait aussi les forces vives de la « société civile » qui réagissaient à la démence commerciale.

J’étais le troisième devant la table où Pierre Rabhi allait dédicacer ses livres. Je sortais de l’enveloppe L’offrande au crépuscule, superbe témoignage sur l’expérience burkinabè. Cet homme tout frêle derrière sa table, fatigué, que j’approchais pour la première fois, semblait heureusement étonné de retrouver ce livre peu connu, paru aux éditions L’Harmattan en 2001. Frêle, ce corps vulnérable détenant pourtant une riche expérience de résistance opiniâtre ; des décennies de travail apaisant et révolutionnaire pour valoriser une ruralité féconde et moderne. Le hall du théâtre était rempli de monde et de voix. Je lis Rabhi depuis 20 ans et alors je lui disais que j’avais rencontré en janvier dernier son ami Sylvain Korogo. Il me demandait de sa voix bienveillante couverte par le brouhaha de le saluer à mon retour là-bas, en janvier prochain.

Il passe maintenant une grande partie de sa vie à témoigner en public d’un lien avec la terre, si intime, dense et solitaire, actif et solidaire. Je lui remettais au cœur de la cohue cette lettre écrite depuis le calme de la potterée…

HR

Il parle du Burkina :

Du 28 au 30 septembre 2012, l’association « Émergences »  accueillait Jon Kabat-Zinn, Christophe André, Matthieu Ricard, Pierre Rabhi et Edel Maex pour son événement annuel. Trois jours durant se sont déclinés conférences et ateliers sur le thème « Se changer soi, changer le monde ». C’est dans ce cadre que j’ai pu entendre Pierre Rabhi. Merci à Émergences d’avoir permis de mettre en ligne un extrait de la conférence.

Pour plus de renseignements sur les activités de l’association : asbl Émergences, avenue Brugmann 317, 1180 Bruxelles. Et : www.emergences-asbl.org







SEA POSITIVO |
CFDT CARREFOUR BASSENS |
Point de vue d'un simple ci... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mémoires
| Ecole de Saint-Rabier
| injustice