Marcel Thiry : L’herbe est rase au sabot des grands bisons tranquilles

15062009

L’herbe est rase au sabot des grands bisons tranquilles. 

La tondeuse et la bonne arroseuse ont passé 

Par les jardins où sous les arbres espacés 

L’on voit glisser les longues bleues automobiles. 

 

Le pur asphalte est un noir canal sinuant, 

Moiré d’ombre, et fleuri puissamment sur ses rives 

De grands bisons qui s’y promènent, et qui suivent 

L’herbeux soleil autour des platanes géants. 

 

S’enfuir sur cette eau plane et rapide et sans bornes 

Du long pays de la richesse et des bisons, 

Et t’avoir à travers les hautes frondaisons, 

Soleil égal sur les nickels et sur les cornes ! 

 

Le long vent de la course est frais à nos moiteurs ; 

Le bonheur d’Amérique est dans le store orange 

Que fait flotter comme un ardent drapeau des anges 

Une maid apparue au balcon dans les fleurs. 

 

Et les libres bisons poursuivent leur pâture, 

Et ta paresse au creux du car bleu voit fleurir 

Parmi ces fauves lents et cet air sans désir 

Le mol confort et la bienheureuse aventure. 

In L’enfant prodigue, 1927 

Poème reproduit avec la gentille autorisation de Lise Thiry

thirysautemoutonret72t10cmcopy3.jpg

Au coeur de la campagne de Russie des auto-canons : « la bienheureuse aventure »

Document AML




Le nouveau premier roman de Gérard de Sélys

18052009

Efficacité. Un mot peu prisé en littérature. Efficacité poétique. Une association horrifiante… Et pourtant je pense à cela quand je lis le dernier premier roman de Gérard de Sélys. Vous vous souvenez, Gérard, nous l’entendions sur les ondes, toujours plus tard dans la nuit au fil de sa carrière sans compromission… Une voix de l’information qui disait quelque chose : rare !

De cette efficacité communicative, on dirait que quelque chose est resté dans ce roman au titre byzantin : L’apoptose (j’ai lu en deuxième page ce que cela veut dire, moi…).

Atteint d’un cancer, un conférencier activiste croyant en un monde meilleur vit ses dernières semaines, surveillé par la police qui veut s’en débarrasser. Il est miné de l’intérieur mais il travaille (et le lecteur se retrouve en cette compagnie d’un penseur acteur progressiste). Il reçoit la visite de ses enfants, il fait rire ceux de sa compagne, il est l’ami d’enfants du quartier… Il cuisine et fréquente un bistroquet où se lient les amitiés et où il boit des trappistes (les meilleures bières belges) tout en lisant…

Le livre est fait de 110 séquences courtes où le point de vue et le narrateur changent chaque fois. Effet kaléidoscopique. L’un des narrateurs est même la tumeur cancéreuse qui squatte le corps d’Antonin et qui décrit sa progression et les effets sur les facultés du personnage.

Efficacité poétique parce que les phrases sont très simples, parfois elliptiques ; la narration avance vite de péripétie en péripétie et cette sobriété met en évidence quelques « écarts de langue » qui prennent alors toute leur force, souvent tendre. De l’humour, de la légèreté aussi dans ce livre qui raconte la maladie. L’« efficace », dans le sens ancien,  après tout, c’est l’art de transformer en réalité.

L’apoptose, un très joli livre (9,5 Euros) édité au Cerisier, avec en couverture une peinture de Kathy Gorjàn,

La grande virologue Lise Thiry nous en parle :

Hugues Robaye







SEA POSITIVO |
CFDT CARREFOUR BASSENS |
Point de vue d'un simple ci... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mémoires
| Ecole de Saint-Rabier
| injustice