Isaia Iannaccone: « L’ami de Galilée »

11102010

Chimiste et sinologue, ce profil d’écrivain ne pouvait qu’attirer MaYaK. 

En médecine chinoise traditionnelle, la lecture – une alchimie –  est une nourriture : un flux perceptif qui pénètre le corps (comme l’eau et le boudin par exemples) ; une énergie stimulante, peut-être plus subtile que le boudin, il est vrai (mais tout dépend de la lecture, après tout…). Donc, un chimiste sinologue qui écrit des romans historiques. Une histoire vraie : celle d’un médecin allemand, dans la Rome du 17e. Un ami de Galilée, un médecin qui pense que la Terre n’est pas au centre de l’univers, qui pratique la dissection sur corps humains ; redoute les bûchers de l’Inquisition et décide alors de partir pour la Chine, en s’engageant dans la Compagnie de Jésus (les Jésuites), sans grande conviction, mais avec loyauté.  Mais en fait, Schreck ou « Terrentius »,le nom de ce savant, autant botaniste que médecin, « pluridisciplinaire » dirait-on aujourd’hui, « à la tête bien faite » aurait dit alors Montaigne, souhaite surtout étudier la médecine chinoise… 

Isaia Iannaccone, chimiste et sinologue napolitain a écrit ce « roman historique » qui raconte le voyage en Chine de Terrentius.  L’ami de GaliléeEn lisant, je me demandais comment cet écrivain, aussi scientifique, avait résolu ses problèmes de conscience : concilier une recherche très pointue (sans être le moins pédante) sur le paysage scientifico-religieux de l’époque (la curiosité et les controverses scientifiques ; les réactions violentes de l’Église romaine), accorder cela avec la narration. Avec le plaisir de la narration, de l’invention de personnages et de situations, avec le plaisir de la composition… Invention, car peu de sources historiques. Comment donner chair aux mots ? Il faut se mettre à la place de Schreck, après une longue étude.

Et le résultat est étonnant car, comme vous le fera goûter par la voix Sylvie Cuvelier (du Conservatoire de Bruxelles (Belgique)), le texte est très sensible, dans l’empathie avec la personnalité exceptionnelle de ce savant allemand. Savant certes, mais surtout homme qui s’interroge sur sa place dans l’univers.  Comme vous et moi, non ?  Une lecture nourrit, oui, et transforme…Isaia Iannaccone, L’ami de Galilée, 2006, en LDP Hugues Robaye 




Le nouveau premier roman de Gérard de Sélys

18052009

Efficacité. Un mot peu prisé en littérature. Efficacité poétique. Une association horrifiante… Et pourtant je pense à cela quand je lis le dernier premier roman de Gérard de Sélys. Vous vous souvenez, Gérard, nous l’entendions sur les ondes, toujours plus tard dans la nuit au fil de sa carrière sans compromission… Une voix de l’information qui disait quelque chose : rare !

De cette efficacité communicative, on dirait que quelque chose est resté dans ce roman au titre byzantin : L’apoptose (j’ai lu en deuxième page ce que cela veut dire, moi…).

Atteint d’un cancer, un conférencier activiste croyant en un monde meilleur vit ses dernières semaines, surveillé par la police qui veut s’en débarrasser. Il est miné de l’intérieur mais il travaille (et le lecteur se retrouve en cette compagnie d’un penseur acteur progressiste). Il reçoit la visite de ses enfants, il fait rire ceux de sa compagne, il est l’ami d’enfants du quartier… Il cuisine et fréquente un bistroquet où se lient les amitiés et où il boit des trappistes (les meilleures bières belges) tout en lisant…

Le livre est fait de 110 séquences courtes où le point de vue et le narrateur changent chaque fois. Effet kaléidoscopique. L’un des narrateurs est même la tumeur cancéreuse qui squatte le corps d’Antonin et qui décrit sa progression et les effets sur les facultés du personnage.

Efficacité poétique parce que les phrases sont très simples, parfois elliptiques ; la narration avance vite de péripétie en péripétie et cette sobriété met en évidence quelques « écarts de langue » qui prennent alors toute leur force, souvent tendre. De l’humour, de la légèreté aussi dans ce livre qui raconte la maladie. L’« efficace », dans le sens ancien,  après tout, c’est l’art de transformer en réalité.

L’apoptose, un très joli livre (9,5 Euros) édité au Cerisier, avec en couverture une peinture de Kathy Gorjàn,

La grande virologue Lise Thiry nous en parle :

Hugues Robaye







SEA POSITIVO |
CFDT CARREFOUR BASSENS |
Point de vue d'un simple ci... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mémoires
| Ecole de Saint-Rabier
| injustice